lundi 11 avril 2016

Lundi, c'est photoplethysmographie


Ce week-end, samedi 16 et dimanche 17 avril, je serai au festival BD de Perros-Guirrec. Si vous êtes dans le coin...


CARTE


page01


page02


page03


page04


page05


page06


page07


page08


page09


page10


page11


page12


page13


page14






SOURCES :
– L'image de la carte postale est encore tirée du blog Hippopolivre, la bibliothèque idéale d'Hippopotable, mon fournisseur officiel d'images. Cette magnifique illustration est tirée de ce bouquin pour enfants sur la sexualité, dont la couv n'augure pas une vie épanouie, mais c'est mon avis personnel.
– Une fois de plus cette note est inspirée de Mary Roach, mais cette fois de son livre "BONK".
– Les tests sur l'excitation des femmes via le photoplethysmographe ont été réalisés par le Female Psychology Laboratory du Departement de psychologie de l'université du Texas, à Austin. 
Un photoplethysmographe vaginal est une sorte de tampon qui envoie, grosso modo, de la lumière contre la paroi vaginale et détecte en retour, en fonction de la lumière réfléchie, l'afflux sanguin de ladite paroi, et cela, 60 fois par seconde. Accessoirement, ça ressemble à ça (pour l'option vaginale). Y a même des plans pour vous en faire un en mode DIY (non je déconne, le faites pas).
– Le "spectatorisme" a été mis en évidence par Johnson et Masters à la fin des années 70. Mesdames, si vous en souffrez, passez à des exercices de pleine conscience.

26 commentaires:

jonathan berthet a dit…

Merci pour ce billet Prof. Je prends toujours autant plaisir a apprendre/redécouvrir ces infos, avec une bonne dose de rire.
Grace a vous je mourrai moins bête.

kataplonk a dit…

Oh bon sang, ce que vous êtes drôle Prof. Tout en devenant moins bête, je me suis surbidonné à chaque dessin. Reiser peut dormir en paix. Vivement la suite !

Paul Lafargue a dit…

Bonjour Prof.
Excellent billet qui a peut être mis à jour un un problème personnel (ce qui confirme l'évidente utilité publique de vos articles de vulgarisation vulgaire). Pensez vous qu'un sujet masculin peut lui aussi souffrir de "Spectatorisme" ? Merci !

Zongo a dit…

Toujours aussi bon.
Le "Menu Vapeur" m'a fait exploser de rire :D

Unknown a dit…

Je sais que Prof Moustache n'est censé traiter que la partie scientifique de cette question mais je pense qu'il manque quand même une axe de réflexion intéressant à ce post. Le porno, c'est fait par des mecs pour des mecs. Le réalisateur de film porno, quand il tourne, s'en tamponne de ce qui est excite ou non une femme, puisqu'il fait son film dans l'objectif d'être vu par un homme. Une femme (hétérosexuelle j'entends) ça ne lui fait pas grand chose de voir des gros plan de son anatomie, un visage féminin déformé par des grimaces, ou des seins qui gigotent. De même pour les films lesbiens, ils sont pour la grande majorité fait pour être consommés par des hommes. Les films pornographiques sont toujours filmés du point de vue de l'homme. Cela, je pense, accentue aussi le spectatoring chez les femmes. Evidemment, que l'on se demande de quoi on a l'air puisque c'est principalement ce que l'on nous montré dans les porno et donc implicitement ce que l'on nous demande. Un homme ne se demande pas vraiment si il fait une tête bizarre puisque ce n'est que très rarement (voire jamais) montré à l'écran. Dommage d'avoir laissé ça de côté, la réponse à cette question n'est pas que purement scientifique, mais un post intéressant tout de même.

ddelobel a dit…

Est-ce que ça ne serait pas encore un de ces avantages évolutifs, où l'un des deux partenaires doit resté en éveil et attentifs aux prédateurs éventuels qui pourraient profiter de l'accouplement ?
Idem pour l'après, où le mâle s'endort alors que la femelle reste active ? :p

Unknown a dit…

Réponse à Unkown

Il y a des pornos qui sont fait pour les femmes ! Il suffit de chercher un peu ! Si une femme veut vraiment se faire plaisir devant un porno elle trouvera

Véronique Merland a dit…

Unknown: j'allais le dire. Le porno est étudié pour exciter les hommes. Je suis sûre que Laurence serait largement aussi émoustillée que ses collègues (physiquement ET mentalement) si on lui montrait des images autres que des nanas en train de s'en prendre plein la tête dans des positions humiliantes. Tu lui mets un beau gosse qui copule avec respect et délectation, à mon avis elle chauffe aussi vite que Jean-Mi et Raoul de la compta.

Game Weed a dit…

Véronique Merland et Unknown, on va dire que je pars du principe que vous avez complètement raison. Maintenant je vais juste ajouter qu'il y a énormément de réalisatrices dans ce milieu (globalement toutes les actrices très connues), que certaines d'entre elles essaient de véhiculer une image un peu différente de ce qui existe mais il est vrai qu'homme ou femme à la réalisation le film pornographique "de base" est généralement peu original et visiblement peu attirant pour un public féminin. Cependant je n'aime pas l'expression "par les hommes, pour les hommes" à laquelle je préfère "homme ou femme, on fait ce qui marche auprès du public le plus demandeur".

Ludivine DeFe a dit…

Pour compléter la réponse concernant l'excitation des femmes vis-à-vis du porno "fait par des hommes pour des hommes". Certes, la façon de produire peut avoir une incidence sur la façon dont les spectateurs et spectatrices "reçoivent" la porno consommée. Mais cela peut également différer d'un individu à l'autre.

Mais il faut également garder à l'esprit qu'une femme consommant de la porno et /ou assumant sa consommation de porno sera socialement dévalorisée. Une femme assumant donc son excitation devant des images pornos transgresse son rôle de genre. Car les femmes "par nature" ne devraient pas être excitées par tant "d'animalité et de trivialité" (contrairement à ce que l'on s'imagine du porno "pour femmes").
En gros, consommer du porno "pour hommes" serait ne pas être une vraie femme. Ce qui explique en partie la différence entre l'excitation corporelle mesurée et la conscientisation de cette excitation.

Alexis and co a dit…

raaah! j'ai failli me pisser dessus de rire!

Tiina a dit…

La femme qui manifesterait une excitation sexuelle devant ses collègues passera immédiatement pour une chaudasse avec pour résultat que ses collègues masculins commenceront à la regarder d'une certaine manière, lourde de sous-entendus. Ses collègues féminines commenceront à surveiller leurs maris, de peur que la chaudasse ne les leur pique. Finalement, la chaudasse sera contrainte de changer de boulot, voire de déménager dans une autre ville. Je force le trait, mais vous voyez ce que je veux dire.

À part ça, super drôle, surtout les dessins. Moi, on me montrerait un morceau de fromage pendant que..... Enfin non, je n'ai rien dit ��

Lematt a dit…

Le spectatorisme chez les mammifères ne serait-il pas un moyen de maximiser les chances de survit de l'espèce ? La femelle étant le "conteneur" de la descendance, elle doit pouvoir rester en état d'alerte pendant l'accouplement afin de pouvoir fuir et préserver sa descendance, alors que le mâle doit se concentrer pour féconder la femelle le plus rapidement possible, peu importe le danger, son corps n'étant pas "conteneur". Enfin ce n'est qu'une supposition. Pas très romantique.

Monsieur Prudhomme a dit…

Quel est donc le rapport du vagin avec Barthes ? Je me pose la question...

Myriam a dit…

Merci de l'avoir dit :) complètement d'accord. Et y'a même peut-être (sûrement) le fait qu'en tant que femme qui regarde du porno, on se met à la place de celle qui est filmée (neurones miroir, toussa) et souvent, elle a mal, ou en a marre, ou simule,... et ça se voit. Donc bon. Plutôt sain que ça soit pas excitant, non ?

Genevieve Koehler a dit…

A mourir de rire, et très bien observé et dessiné.
Merci pour ce moment :-)

Anne à Beijing a dit…

Peut être que physiquement le porno stimule les organes féminins. Mais s'il m'arrive d'en voir un moi ça me bloque totalement psychiquement pour des raisons évidentes : les nanas sont souvent humiliées alors meme qu'elles doivent faire semblant d'aimer ca ( non mais sérieux les mecs, vous avez envie vous d'avoir du sperme dans les cheveux ou sur la gueule ?). On renvoie aussi la femme à son côté "objet de marchandise". Et dans le meilleur des cas je me sens jugée dans ma féminité si je ne correspond pas aux traits physiques type de ces femmes là. Ça fait quand même beaucoup de points pour ne pas avoir envie de faire plaisir aux hommes apres ca ...

Unknown a dit…

Les commentaires sont tout aussi intéressant que la BD. Je n'avais pas réalisé l'ampleur des dégâts du porno sur la sexualité et le plaisir féminin.

Mattis a dit…

Oui, ça existe. Effectivement. Par contre, c'est une niche minuscule. Ça doit même pas représenter 1% de la production. Donc l'image extrêmement majoritaire est faite pour les hommes. Ça n'invalide pas du tout ce qui a été dit.

Lumiciole a dit…

Serait-il possible de préciser qu'il est question de femmes cisgenres uniquement ? L'amalgame femme/vagin fait beaucoup de dégâts côté transphobie. La carte de l'introduction fut douloureuse, elle est terrible pour une personne trans (je sais que c'est une chose mal connue mais c'est réellement angoissant, ce n'est pas un détail). :/

déka Do a dit…

Cette Laurence, quelle chaudasse ! ^^ ^^ (la preuve que les filles ne sont pas des "chaudasses", le correcteur orthographique de Windows ne connait pas ce mot).

Non, sans rigoler, j'aime beaucoup ta façon de traiter le sujet, et j'ai pissé dans ma culotte de rire... quoi ! les filles sont des pisseuses ? ça pourrait faire un bon sujet pour une prochaine fois.

Juliette K. a dit…

Chère Prof,

Indépendamment des remarques concernant le fait que le porno mainstream soit fait d'un point de vue très androcentré on va dire (en tout cas centré sur ce qu'on estime que l'homme doit désirer), je souhaiterais faire une remarque:

- même si le vagin peut être très intéressé par Barthes, au repos il est "fermé", les parois sont collées les une contre les autres. Cela évite de se représenter un vagin comme un "trou" toujours ouvert : après, à représenter, voilà un défi pour toi...

piralswis a dit…

Chère prof,

Voilà une démonstration éclatante que les filles du sexe féminin sont des contradictions sur pattes jusque dans leur chair.
Quand viendrez-vous dédicacer vos oeuvres en Alsace s'il-vous-plaît ?

Jeremie Cordier a dit…

J'ai encore bien ri. La centrale vapeur lol.

En revanche, pour répondre à certains commentaires, je pense que c'est vraiment un stéréotype de genre que de penser que les hommes aiment tel type de porno et les femmes tel autre. Ce n'est pas si tranché heureusement.
Certains d'entre nous les hommes préféreront de loin des films dans lesquels la femme semble traitée avec respect et n'est pas réduite à un objet sexuel et seront même repoussés par les films qui montrent le contraire.

Véronique Merland a dit…

Jérémie Cordier: personne ne doute que pas mal d'hommes préfèreraient du porno non objectifiant pour les femmes, ce qui est dit dans la plupart des commentaires ici est que malheureusement ce type de porno existe assez peu. La très très vaste majorité du porno est fait non seulement pour les hommes, mais en plus pour les hommes excités par la domination/humiliation/les idiotes à gros seins qu'on peut plier en huit pour leur faire un peu mal au passage...
Bref, que le problème ne se situe pas du côté de la demande, mais bien de l'offre! ;-)

René B a dit…

Je connais des hommes qui aiment le soft et des femmes qui aiment le hard. Des hommes qui ne sont pas tatoués et des femmes tatouées avec des piercings. Des hommes qui ne regardent pas de matches de football et des femmes qui regardent des matches de rugby. Ce qu'on nous présente est un stereotype qui est en train de changer dans nos sociétés qui évoluent. Quand on danse la salsa ou le rock, il y en a un qui guide et l'autre qui suit, sinon celà ne fonctionne pas. La tradition a "donné" le guidage à l'homme mais ça pourrait être le contraire et je le vois de plus en plus. Au lit, c'est pareil, c'est souvent l'homme qui "guide" mais pas toujours. Les hommes aiment aussi le contraire. Les pornos montrent les 2. Les hommes ne prennent pas de sperme dans les cheveux mais des jets de mouille dans le visage, les femmes leur montent dessus à 2 et les frappent (gentiment). Les pornos ne devraient pas être regarder pour trouver de l'amour, mais du sexe. Là est le malentendu. L'homme qui veut regarder de l'amour doit regarder une comédie romantique. La femme qui veut s'éclater à regarder une scène de sexe bestiale ne veut pas regarder une comédie romantique. Tout n'est pas noir ou blanc, chez l'homme et chez la femme, et c'est de moins en moins le cas. Les dessins m'ont bien fait rire aussi.